Sur une série de quatre défaites consécutives, le Racing se devait de redresser la barre ce samedi du côté de Dijon, équipe également concernée dans la lutte pour ne pas descendre en Ligue 2 et à seulement un point des Strasbourgeois au coup d'envoi.

Dijon-Strasbourg, opposition entre le 17ème et 19ème au classement. Forcément, cela ne faisait pas vraiment rêver. Mais les deux coachs ont une philosophie de jeu offensive et veulent depuis le début de saison que leurs joueurs obtiennent le maintien en proposant du spectacle aux supporters. On se disait alors qu'on pouvait espérer voir une belle opposition entre les deux formations. Rapidement, on a compris que ce ne serait pas vraiment le cas en raison de l'enjeu de cette rencontre. Il faut dire aussi que la pluie tombée sur la Côte-d'Or tout au long de la journée n'aidait pas les deux formations. Cette excuse-là ne tient pas pour expliquer la pauvreté du spectacle proposée au stade Gaston-Gérard. L'entame de match est équilibrée, mais rapidement le Racing prend le dessus et pose le pied sur le ballon, sans pour autant se créer d'occasions nettes. La première vraie occasion est pour le DFCO mais le latéral gauche Rosier bute sur un bon Bingourou Kamara. Les Blancs du soir, poussés par plus de 600 supporters, perdent peu à peu pied et la mi-temps tombe bien pour des Alsaciens qui reculaient de plus en plus.

La seconde mi-temps repart avec toujours autant de déchet technique, mais les Dijonnais en veulent plus. Jonas Martin sauve les siens de justesse sur un corner où la défense a peiné à se dégager. Puis c'est Bakary Koné qui se dresse devant Benjamin Jeannot pour éviter la catastrophe. Enfin, c'est le portier du Racing qui remporte un face à face devant Sliti, parti seul au but. On joue alors l'heure de jeu et on commence à craindre le pire. Les Strasbourgeois peinent à contrer et Thierry Laurey lance alors Martin Terrier, puis Ihsan Sacko pour tenter d'ouvrir la marque. Mais dans un match où les occasions surviennent plus après des erreurs individuelles que sur des prouesses techniques, le Racing va céder... Alors que Kader Mangane pense commettre une faute sur Benjamin Jeannot, toute la défense s'arrête de jouer mais pas Rosier qui poursuit sa course, dribble Bingourou Kamara et centre parfaitement vers Kwon, qui n'a plus qu'à pousser le ballon au fond. Dijon prend l'avantage à dix minutes de la fin, et Thierry Laurey n'a plus le choix. Jérémy Blayac est lancée dans la bataille et provoque l'exclusion de Yambéré sur un de ses premiers ballons, quelques secondes seulement après être entré en jeu. Retenu par le maillot alors qu'il file au but, la décision prise par M. Thual est logique. Les Alsaciens poussent dans les dernières minutes et s'exposent aux contres bourguignons. Heureusement, ceux-là sont mal joués et un miracle finit par arriver. On joue les arrêts de jeu et Kader Mangane touche le ballon devant Reynet, permettant à Martin Terrier d'égaliser et d'ouvrir son compteur but sous le maillot du Racing. Il reste deux minutes et les Blancs continuent à mettre la pression devant le but de Dijon. Ca ne suffira pas et on en reste à ce 1-1.

Le match nul est assez logique, même si Dijon nourrit sûrement plus de regrets après cette rencontre. Côté strasbourgeois, le niveau de jeu a été inquiétant et le but marqué correspond au seul tir cadré de la rencontre. Les points perdus à domicile lors des deux derniers matchs ne sont toujours pas rattrapés, laissant le Racing à cette inconfortable 19ème position avec un compteur toujours bloqué à une victoire après... huit journées. La trêve internationale va faire du bien avant un mois d'octobre compliquée à gérer où Marseille et Angers viendront à la Meinau. Entre temps, il faudra aller jouer à Nice face à Balotelli et ses collègues. Autant dire qu'en jouant au même niveau que hier soir, les Bleus et Blancs s'exposent à quelques désillusions. Néanmoins, des joueurs devraient revenir dans le groupe d'ici là comme Stéphane Bahoken, Pablo Martinez, Dimitri Foulquier et peut-être Abdallah Ndour.

Top 3

  •  Jean-Eudes Aholou : Une fois de plus hier soir, le milieu strasbourgeois s'est dépouillé devant la défense pour éviter que son équipe ne prenne le bouillon. Il a parfaitement joué son rôle de sentinelle, sans pouvoir vraiment briller sur le plan offensif.
  •  Martin Terrier : Encore laissé sur le banc par son coach, il a à nouveau brillé à son entrée en jeu et montré qu'il méritait certainement mieux qu'un rôle de joker. Le jeune attaquant, prêté par le LOSC, a ouvert son compteur personnel et permis au Racing d'arracher un point inespéré.
  •  Bingourou Kamara : Abandonné par sa défense sur le but, le portier international a réalisé une prestation solide dans ses cages. A part une erreur sur une sortie aérienne où Kader Mangane a sauvé devant la ligne, il a été brillant en remportant notamment son duel face à Sliti alors que son équipe était dans le dur.

Résumé

{/dailymotion}x62s88a{/dailymotion}

Liens utiles

Devenez notre partenaire

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris