Crédit image : l'Yonne Républicaine

Une semaine après avoir vaincu le leader Brest à la Meinau, le Racing se déplaçait au stade de l’Abbé-Deschamps pour y affronter l’AJ Auxerre, en pleine bataille pour se maintenir en Ligue 2 en fin de saison.

Les Auxerrois vont mieux en 2017 et ce déplacement n’avait rien d’une formalité pour les Strasbourgeois. Les Bleus l’avaient bien emporté lors de la phase aller (2-1), mais s’étaient aussi inclinés sur cette pelouse au mois de septembre en Coupe de la Ligue (2-0). Dans le dur à l’extérieur depuis leur dernière victoire au Havre fin novembre, les Bleus se devaient de réagir pour conserver une vue sur le podium à l’issue de la rencontre.

L’entame est pourtant bien laborieuse, l’AJA se positionne haut et met une forte pression sur la fragile défense du Racing de ces dernières semaines. Mohamed Yattara frappe au-dessus dès la 3ème minute, Adama Ba tire lui à côté cinq minutes plus tard avant que Gaétan Courtet n’oblige Alex Oukidja à une claquette sur un coup-franc des vingt mètres au quart d’heure de jeu. Sur le corner qui suit, Mangane contre une frappe…qui finit juste au-dessus de la cage d’Alex Oukidja. Les Bleus ne parviennent pas à sortir le ballon proprement et balancent des longs ballons qui tombent sans cesse sur des blancs. Baptiste Guillaume ne touchera d’ailleurs aucun ballon dans les 25 premières minutes… Le Racing ne peut pas non plus jouer sur son côté gauche où Abdallah Ndour et Dimitri Lienard ont l’habitude de combiner, puisque l’AJ Auxerre a bien travaillé tactiquement et empêche complètement le jeu sur ce côté. Mohamed Yattara chauffe à nouveau les gants du portier du Racing avant la 30ème minute, qui répond présent. Les joueurs du Racing réagissent timidement dans le dernier tiers de ce premier acte. Jérémy Blayac sert Baptiste Guillaume en profondeur, sur sa gauche mais l’attaquant belge ne parvient pas à ajuster sa frappe pour battre Zacharie Boucher. Juste avant la pause, nouvelle occasion pour Baptiste Guillaume sur le côté droit cette fois, mais sa frappe est trop molle pour mettre en difficulté le portier auxerrois. A la pause, le 0-0 est assez significatif de la faiblesse technique de la rencontre où les nombreuses fautes commises ne laissent rien augurer de positif pour la seconde période. Les deux équipes offrent une belle concurrence au médiocre débat présidentiel diffusé sur la première chaîne télévisée européenne.

La seconde période redémarre sur les mêmes bases, et il devient vite difficile d’imaginer des buts dans cette confrontation entre la plus mauvaise attaque du championnat et la 14ème équipe à l’extérieur. Néanmoins, les Strasbourgeois semblent mieux et le positionnement de ces derniers sur le terrain gêne les Bourguignons qui font preuve de plus en plus de déchet dans le jeu. Dimitri Lienard  montre une nouvelle fois la qualité de sa patte gauche en trouvant la tête de Jérémy Blayac sur un coup franc venu du côté gauche. Le portier auxerrois s’envole pour envoyer le ballon en corner. Peu après l’heure de jeu, l’AJA réagit mais Adama Ba frappe au-dessus, puis Mohamed Yattara enroule trop son tir du pied gauche pour inquiéter Alex Oukidja. On joue la 70ème minute, lorsque Dimitri Lienard remet un coup franc dans la boîte. Celui-ci rebondit sur le tibia de Khalid Boutaib, plutôt discret jusqu’ici, et revient sur Baptiste Guillaume qui ouvre son pied pour trouver la lucarne opposée de Zacharie Boucher. Le Racing prend l’avantage sur sa deuxième véritable occasion. Forcément, les fragiles auxerrois prennent un coup derrière la tête. Les locaux sont obligés de se découvrir et si le match reste brouillon, il peut basculer des deux côtés avec les espaces qui se forment au milieu de terrain. Finalement, Ernest Seka intercepte un ballon à deux minutes de la fin du temps réglementaire et sert un Khalid Boutaib qui va gagner trente mètres tout seul, avant de servir Jérémy Blayac pour la conclusion du contre fatal. Les Bleus font le break et prennent la troisième place au Stade de Reims grâce à une meilleure attaque. Place qui aurait pu être perdue moins de trois minutes plus tard si Felipe Saad n’avait pas sauvé un ballon devant sa ligne après une sortie approximative du portier du Racing.

Les joueurs du Racing assurent l’essentiel et retrouvent enfin le goût de la victoire loin de la Meinau. La trêve internationale va faire le plus grand bien aux joueurs pour recharger les batteries avant d’attaquer le sprint final où il faudra notamment accueillir Sochaux et Le Havre et se déplacer à Reims et à Lens. En attendant, le Racing est sur le podium et dans la position du chasseur derrière Lens et Brest qui s’affronteront lors de la prochaine journée.

Top 3 :

  • EtoileEtoileEtoile : Anthony Gonçalvès : Solide dans l’entrejeu, où la combativité a vite pris le pas sur la qualité technique, le milieu strasbourgeois a parfaitement fait le travail. Il a dû en faire plus que d’habitude sur le flanc droit puisqu’Eric Marester est sorti sur blessure en première période et qu’Ernest Seka n’avait logiquement pas les mêmes qualités qu’un vrai latéral.
  • EtoileEtoile : Jérémy Blayac : Auteur du second but, il a surnagé dans le secteur offensif des Bleus. Si l’arbitre de la rencontre n’a pas beaucoup aidé les attaquants du Racing face aux trois défenseurs centraux de l’AJA, il a remporté bon nombre de duels et était à l’origine de la quasi-totalité des attaques de l’équipe (souvent conclues par Baptiste Guillaume).
  • Etoile : Ernest Seka : Le capitaine s’est parfaitement adapté à l’imprévu de la soirée. Patron de la défense face aux vagues auxerroises en début de rencontre, il a ensuite bien suppléé Eric Marester sur le côté droit après sa sortie, bien qu’il n’ait pas apporté autant qu’un latéral offensivement.

Liens utiles

Carte des supporters

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris