Le message des supporters marseillais (Maxifoot)

Après les programmations qui tournent au fiasco à cause de leurs horaires ou les problèmes liées à la VAR, le football français a passé une nouvelle étape dans la tristesse dans laquelle il s'est englué depuis plusieurs mois maintenant. 86 Ultra Boys en ont fait les frais lors de Nîmes / Racing samedi soir ...

Alors que Paris brûlait une énième fois lors d'un mouvement social violent, 86 Ultra Boys ont fait les frais d'un arrêté préfectoral lors du déplacement du Racing dans le Gard. Leur tord : avoir rallié Nîmes en train et être donc arrivés à la gare, secteur interdit par ledit arrêté [à lire : Nîmes - RCS, côté tribunes]. Après un contrôle des identités, ces 86 supporters ont été éconduits à la gare pour un voyage retour sans avoir vu le match. Si contre-venir à un arrêté préfectoral est forcément répréhensible, c'est une énième fois sur la forme que le football français s'est tristement illustré. Si les Ultra Boys connaissaient le contenu de l'arrêté que le club avait relayé deux jours avant, on peut quand même s'étonner et s’inquiéter du manque de concertation et de discernement dans son exécution pour des supporters irréprochables depuis de nombreuses saisons. Et que dire de la sévérité après des heures de voyage pour rien ?

Alors oui on peut comprendre qu'aujourd'hui les forces de l'ordre sont à bout, usés par dix-huit actes sociaux, mais avec de telles mesures, le football populaire se meurt semaine après semaine, car outre la frustration de manquer le match de son équipe de cœur, cette soirée a marqué également la fin de nombreux grand chelem pour nombre d'UB90 et la fin de la longue traversée de la bâche des UB90, absente des Costières, à travers la France. Une première depuis plus d'une quinzaine d'année ! Et que dire des 8 supporters d'Ajaccio interdits du Stade Océane du Havre vendredi ?

Interdit à Reims, la Brigade Loire va ... à Angers

Pour illustrer le ridicule de certaines décisions, la Brigade Loire, interdite de déplacement à Reims par un arrêté du ministère de l'Intérieur diffusé seulement vendredi soir, s'est rendue à ... Angers. Une décision qui a suscité incompréhension et colère. Après un jet de fumigènes sur la pelouse, les supporters nantais ont ensuite déployé une banderole « Qui paiera l'amende (pour les fumigènes) ? ». Bonne question puisque ce sont les clubs qui règlent les notes de la commission de discipline de la Ligue. En tout cas le club Nantais a affiché son soutien à ses supporters !

L'escalade d'illustrations ne s'est pas arrêtée là. A Reims ce dimanche, toujours sous couvert du même arrêté, une simple coque de téléphone à l'effigie du FC Nantes a suffit pour se voir être interdit d'entrée à Delaunes. Quel sera la prochaine étape ?

A quand l'ouverture d'un véritable dialogue ?

Jusqu'où ces situations méprisantes et réductives des libertés vont-elles aller ? Y aura t-il des restrictions pour la finale à Lille la semaine prochaine ? Faut-il rappeler que plus 5000 supporters de Rennes étaient à Londres jeudi en Europa League sans aucun problème alors que dans le même temps on interdit le déplacement de 8 supporters au Havre ? A quand l'ouverture d'un véritable dialogue entre le gouvernement, les forces de l'ordre, les clubs et les associations ? Et si l'on faisait simplement confiance aux associations pour encadrer leurs déplacements ? Souvenez-vous des inquiétudes grandissantes de Grégory Walter, vice-Président de la Fédération des Supporters du Racing et installé dans une seizième année non stop de déplacement pour le Racing, lors de notre émission de mardi :

Nous avions déjà alerté sur la situation [à lire : Il est temps de se dire les choses] qui, depuis, s'est encore envenimée. Cette frustration grandissante ne risque t'elle pas un jour d'exploser au grand jour ? On le craint et il est plus que jamais temps que toutes les entités se mettent autour de la table, à l'image du policier référent instauré dans le cadre de la Fondation Nivel pour l'accueil des supporters adverses. Encore faut-il qu'ils puissent arriver au stade ...

Liens utiles

Carte des supporters

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris