(Crédit image : Getty Images - Icon Sport - Guillaume Ruoppolo)

Défaits par Guingamp à la Meinau vendredi soir (0-2), les joueurs strasbourgeois souhaitaient réagir dès ce mardi du côté du Vélodrome contre l’Olympique de Marseille.

Alors que l’automne 2017 laissait présager de belles choses pour 2018 avec notamment une belle série de matchs sans perdre entre fin octobre et la mi-décembre, les nuages ont fait leur apparition aux abords de la Meinau pour les premiers jours de la nouvelle année. Et ils deviennent de plus en plus noirs au fil du temps… Les Strasbourgeois avaient filé en Espagne dès le 1er janvier pour un stage sous le soleil pendant cinq jours, avec pour but de travailler dans de bonnes conditions et préparer au mieux la deuxième partie de saison. Hélas, après une victoire en Coupe de France après prolongations contre Dijon, ils ont chuté contre Guingamp et ont remis ça au Vélodrome pas plus tard que hier soir. Certes, le maintien en Ligue 1 ne se joue pas contre l’OM, mais les adversaires du Racing grappillent et s’approchent de plus en plus des Bleus au classement.

Ce mardi, une réaction a bien eu lieu. Les Strasbourgeois ont retrouvé un équilibre défensif après le match de Guingamp, avec le bon retour de l’indispensable Jean-Eudes Aholou  et ont également pu compter sur le bon apport de Dimitri Foulquier et de Pablo Martinez, pour suppléer Ernest Seka (qui a pu souffler un peu) et Kader Mangane (forfait). Les Alsaciens ont subi peu d’occasions dans le premier acte, parfaitement positionnés sur le terrain et ne laissant que très peu d’espaces aux Olympiens, dans un match d’abord haché par les fautes. Les quelques situations offensives des Bleus ont été mal gérées en raison de coups de pieds arrêtés une nouvelle fois approximatifs en l’absence de Dimitri Lienard, toujours blessé. Finalement, la seule chaude alerte de la première période est survenue dans les arrêts de jeu mais Lucas Ocampos a manqué le cadre d’une tête qui semblait plus difficile à mettre au-dessus qu’à cadrer.

Le second acte a été bien différent. Avec plus de jeu, moins de fautes et un Racing qui sortait plus de ses quarante mètres, des espaces se sont créés et les Bleus ont tenté d’amener le danger sur le but de Mandanda sans pour autant parvenir à se créer des occasions franches. L’OM a aussi eu plus de possibilités grâce aux entrées de Dimitri Payet, puis de Clinton Njie qui ont été les facteurs X dans le dénouement de cette rencontre.  Le match a failli basculer lorsque Nuno Da Costa a accroché Payet dans la surface à vingt minutes de la fin de la rencontre. Alex Oukidja, qui avait déjà sorti une grosse occasion deux minutes auparavant face à Germain, a sorti la parade qu’il fallait pour détourner le pénalty de ce même Germain et permis à son équipe d’y croire encore. Cela a été de courte durée car après un ballon perdu en milieu de terrain par Nuno Da Costa, Thauvin a fait parler sa vitesse pour servir Njie , qui a allumé Oukidja et ouvert la marque. On jouait alors la 79ème minute. Ce but-là a fait mal et les Bleus n’ont pas pu réagir. La fin a même été terrible. Alors que Payet, bien lancé en profondeur, y est allé de son but en remportant son duel avec Oukidja à la 88ème minute, le portier s’est en plus blessé sur l’action et sera à priori absent pour quelques temps. On devrait donc revoir Landry Bonnefoi dans les cages ce samedi pour le très important duel qui opposera le Racing à Dijon à 20h. Une rencontre qu’il faut à tout prix remporter pour ne pas se mettre sérieusement à douter. Car mine de rien, les Bleus restent sur trois journées de championnat sans marquer…

Top 3 :

  • Dimitri Foulquier : Son match a été énorme ! Ocampos a été peu en vue sur son côté, tellement le latéral prêté par Watford a été bon hier soir. Il a également tenté d'apporter sur le front offensif mais cela a été compliqué comme pour le reste de l'équipe. Très encourageant pour la suite, si les pépins le laissent tranquille.
  • Alex Oukidja : Il aurait pu être le héros du soir, il est finalement le malheureux de cette partie. Auteur d'une prestation solide, il a sorti une belle parade face à Germain, avant de stopper son pénalty. Sur les buts, il ne pouvait pas grand chose. On lui souhaite déjà un bon rétablissement !
  • Jean-Eudes Aholou : Son retour s'est fait ressentir. Les Bleus ont largement rivalisé au milieu de terrain avec leurs homologues marseillais, et le numéro 8 strasbourgeois n'y est pas étranger. Ils ont d'ailleurs très peu subi avec lui grâce à sa bonne position dans l'entrejeu et ses nombreuses récupérations de balle.

Buts :

Liens utiles

Carte des supporters

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris