Après avoir perdu deux points dans les arrêts de jeu face au Paris FC mardi, le Racing recevait l'équipe de Gap, victorieuse 4-0 en milieu de semaine.

Démarrage en mode diesel

KetkeoQue retenir des vingt premières minutes de cette rencontre ? Pas grand chose … Après avoir joué en milieu de semaine, les deux équipes mettent près d'une demi-période à rentrer dans le match. Avec la titularisation de Hadji aux cotés de Mathlouthi, le Racing évolue avec deux pointes. Il faut bien ça pour contrer un adversaire qui joue avec cinq joueurs en défense. A la 37ème minute, on assiste enfin à une véritable offensive des bleus sur le coté droit où le centre termine sur le pied gauche de M'Bongo qui marque face au but, 1-0. On croit alors le Racing sur le bon rail mais quatre minutes plus tard, le numéro 7 de Gap Marius M'Baiam expédiait une frappe puissante des 25 mètres qui venait se loger sous la transversale de Gurtner, 1-1. Le Racing mettra bien cinq minutes à se remettre de ce magnifique but adverse. La suite ? Un jeu haché et sans réel rythme comme le début de la rencontre. Rien de bien croquant pour les supporters présents …

En panne de carburant ?

Le retour des vestiaires apparaît comme une douloureuse épreuve pour les deux équipes et surtout le Racing tant le manque d’énergie se fait sentir ! Tel un moteur qui tousse quand son réservoir approche de la réserve, le jeu strasbourgeois manque d'inspiration et de fluidité. Des joueurs avec les mains sur les hanches, des courses sans tonus et des passes approximatives, rien de plus pour s'engluer minute après minute dans cette rencontre. Même si l'entrée de Genghini à la place d'un Ledy totalement hors du coup à apporter un plus technique, le Racing continue à cafouiller son jeu au grand damne des quelques milliers de spectateurs.

Ils se sont enfin lâchés !

Comme contre Niort, le Racing a montré ses limites dans le jeu. Le travail de reconstruction auquel s'attèle Laurent Fournier est énorme. Hélas le temps dans le football n'existe pas … Le coach strasbourgeois parlait il y a quelques semaines de la pression qu'avait tous ces joueurs à la Meinau et que le traumatisme des dernières saisons était encore loin d'être effacé. Une nouvelle fois, le remplacement de M'Bongo par le vivace Ketkeo allait porter ses fruits. Dans ce relief lunaire, seul l'accélération du nouveau chouchou de la Meinau sur le coté droit et son centre au deuxième poteau pour Mathlouthi allait apporter la lumière du coté des bleus.

Mathlouthi sera suspendu face à Plabennec

Déjà buteur contre Colmar, Mathlouthi envoyait le ballon au fond des filets et laissait exploser sa joie signe d'un énorme besoin d'extérioriser cette pression et ce besoin de se lâcher, 2-0. Genghini et Hadji en fin de rencontre tentaient sans réussite d'augmenter l'avantage au score. Laurent Fournier pouvait souffler tant cette victoire s'est faite dans la douleur. Mais ne dit-on pas que c'est dans la douleur que se forge les grandes équipes ? Les intervenants lors des interviews d'après-match (Fournier, Donzelot et Hadji) ont tous concédé que la victoire fait du bien surtout quant on voit la physionomie de la rencontre. Le coach strasbourgeois conclura même d'une citation de Samuel Eto'o parue dans L’Equipe Magazine de samedi : « La discipline est plus forte que le talent ». Aujourd'hui cette discipline a permis au Racing de prendre trois points.

Liens utiles

Carte des supporters

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris