Relancés après avoir remis la machine en route face à Dijon (3-2), puis en éliminant Lille en Coupe de France (2-1), les Strasbourgeois ont subi un coup d'arrêt au stade Pierre-Mauroy pour leurs retrouvailles avec le LOSC ce dimanche.

Jeudi soir en 16èmes de finale de Coupe de France, Strasbourgeois et Lillois s'étaient affrontés et le Racing l'avait emporté dans un match totalement maîtrisé par les Bleus. Les équipes alignées par les deux coachs étaient bien différentes de celles de ce dimanche. Les changements du jour ont suffi à offrir une rencontre complètement différente. Les Nordistes toujours en plein doute en 19ème position au classement et accueillis par leurs fans mécontents à l'hôtel ce samedi soir, se devaient de réagir afin de ne pas s'enfoncer encore plus dans la crise et voir leur adversaire du jour et concurrent pour le maintien, faire le trou au classement. Pour éviter de relancer le LOSC, Thierry Laurey avait choisi de la jouer défensive dans un inhabituel 4-5-1, en espérant placer quelques contres rapides pour faire la différence. La tactique n'a pas été payante, puisque la première période a été particulièrement fermée. Certains ont dû en profiter pour faire la sieste face à ce triste spectacle. Les Lillois ont eu le ballon sans pouvoir amener un réel danger sur le but de Bingourou Kamara, titulaire pour la première fois en Ligue 1 depuis le 2 décembre et le succès face au Paris Saint-Germain. Côté Racing, pas grand chose à signaler à part une tête de Kader Mangane sur un centre de Dimitri Lienard, détournée par...Pablo Martinez en six mètres en fin de première mi-temps.

Forcément, il fallait remettre de l'ordre dans la maison strasbourgeoise à la pause au risque de craquer en procédant de la sorte. Dès la reprise, on sent un Racing plus concerné et plus volontaire dans les intentions. Nuno Da Costa passe tout proche d'ouvrir le score de la tête en reprenant une reprise non cadrée de Jean-Eudes Aholou, mais son coup de tête finit au-dessus du but de Mike Maignan. Au fil des minutes, on sent un Racing fatigué et qui s'accroche alors au point du nul. Les accélérations de Pépé et d'El-Ghazi font mal mais Kenny Lala et Dimitri Foulquier résistent alors que Pablo Martinez surgit sur chaque ballon dangereux aux abords de la surface. Bingourou Kamara nous offre la parade du match à vingt minutes du terme sur une tête d'El-Ghazi au ras du poteau ! Malheureusement, ce magnifique arrêt aura simplement retardé l'échéance puisqu'après un mauvais renvoi de Kader Mangane dans l'axe à l'entame du dernier quart d'heure, Nicolas Pépé remet le ballon dans la surface et trouve El-Ghazi, complètement oublié, pour l'ouverture du score. A peine le temps de savourer pour les Lillois et leurs supporters, qu'Idriss Saadi entré en jeu quelques minutes auparavant, égalise après une tête décisive de Dimitri Foulquier. L'attaquant strasbourgeois signe là son deuxième but en Ligue 1 cette saison et surtout inscrit un second but en trois jours à peine, lui qui n'avait trouvé le chemin des filets qu'une fois en six mois sous le maillot du Racing ! Les Alsaciens cherchent alors à tenir le match nul, Jérémy Grimm entre pour verrouiller encore un peu plus l'entrejeu mais le défenseur portugais Edgar Ié va changer le cours du match à la 91ème minute sur un corner où la défense n'est pas assez vive pour prendre le ballon avant le joueur lillois. 

Cette défaite fait très mal à la tête des Strasbourgeois, puisqu'elle relance un adversaire mal en point au coup d'envoi. Ce succès peut servir de match référence aux hommes de Christophe Galtier dans la course au maintien. Surtout, avec ce résultat négatif, le Racing voit se rapprocher Saint-Etienne, Toulouse, Angers, Bordeaux et Metz, tous vainqueurs ce week-end. Avec trois réceptions sur les quatre prochaines journées de championnat au mois de février, le maintien du club dans l'élite se joue peut-être déjà maintenant. Pour rappel, le Racing accueillera Bordeaux samedi à 20h, avant de recevoir Troyes (dimanche 11 à 15h). L'occasion de refaire un écart avec la 18ème place occupée par Troyes ce soir, qui n'est plus qu'à trois unités ...

Top 3 :

  •  Pablo Martinez : On l'a découvert il y a peu de temps au poste de défenseur central à Strasbourg, et Pablo est en train de s'y imposer alors qu'il y a du monde. Son énorme prestation du jour laisse penser qu'il sera peut-être bientôt le patron de la charnière. Il a été partout, ses nombreux duels remportés et ses tacles glissés ont longtemps permis au Racing de tenir le point du nul. Finalement, tous ses efforts n'ont pas été récompensés...

  •  Kenny Lala : La machine Lala a encore bien marché aujourd'hui ! Il a tenu tête au talentueux et rapide Nicolas Pépé tout au long du match, et s'est offert le luxe de mettre quelques grands ponts à ses adversaires directs lors de ses offensives.

  •  Idriss Saadi : Il n'a joué qu'un petit quart d'heure mais l'encourageante entrée de l'attaquant algérien est à souligner, lui qui a été moqué depuis plusieurs mois par les supporters, et qui est peut-être sur la bonne voie pour apporter quelques points utiles à son club pour obtenir le maintien en fin de saison.

Buts :

Liens utiles

Carte des supporters

Planète Racing

9, place Kléber
67000 Strasbourg

03 88 10 94 93

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris